Vandalisme au Mémorial de la Shoah à Paris : Mur des Justes défiguré, la maire Hidalgo condamne l’acte

0
44
vandalisme-memorial-shoah-paris

Le Mur des Justes du Mémorial de la Shoah, dans le 4e arrondissement de Paris, a fait l’objet d’un acte de vandalisme dans la nuit du 13 au 14 mai. 

Ce monument solennel, qui porte les noms de plus de 3 900 personnes ayant aidé les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, a été dégradé avec des empreintes de mains rouges, comme l’a rapporté la maire Anne Hidalgo. 

Cet acte a suscité une condamnation générale de la part de personnalités politiques, de responsables locaux et de citoyens. La maire Anne Hidalgo a rapidement pris des mesures en saisissant le procureur de la République, témoignant ainsi de l’engagement de la ville en faveur de la préservation de la mémoire historique.

Historique du Mur des Justes du Mémorial de la Shoah

Le Mur des Justes revêt une importance poignante au sein du Mémorial de la Shoah, car il témoigne de la bravoure et de la compassion des personnes qui ont risqué leur vie pour en sauver d’autres au cours de l’une des périodes les plus sombres de l’histoire. Gravé des noms des sauveteurs, ce mémorial rappelle le pouvoir de la solidarité et de la décence humaine face à l’adversité.

Détails du vandalisme du Mémorial de la Shoah à Paris

La maire Anne Hidalgo, informée de l’acte de vandalisme, a exprimé sa profonde condamnation de l’acte. Le Mur des Justes, orné d’empreintes de mains rouges, porte les stigmates d’un acte de profanation insensé. 

Ariel Weil, maire de Paris Centre, a partagé des photos de l’acte de vandalisme du Mémorial de la Shoah à Paris sur les réseaux sociaux, révélant l’étendue des dégâts infligés à ce site sacré.

Tollé et condamnation de l’opinion publique

L’acte de dégradation du Mur des Justes a suscité un concert de condamnations de la part de dirigeants politiques et de représentants de la communauté. Yonathan Arfi, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a dénoncé un acte « abject » et “emblématique d’un sentiment antisémite”. 

D’autres élus, dont Clément Beaune et Emmanuel Grégoire, se sont fait l’écho de ces sentiments, soulignant la nécessité de lutter contre toutes les formes de haine et d’intolérance.

Réponse et action de la ville

La maire Hidalgo n’a pas tardé à réagir à l’acte de vandalisme du Mur des Justes, en saisissant rapidement le procureur de la République de Paris. Elle a demandé qu’un rapport de police soit établi avant tout nettoyage, soulignant ainsi l’engagement de la ville à garantir la responsabilité et la justice.

Appel à l’unité et à la solidarité

Face à de tels actes répréhensibles, il est impératif que les communautés s’unissent contre la haine et le sectarisme. En réaffirmant un engagement ferme à préserver la mémoire du passé et à promouvoir une culture de tolérance et de compréhension, ainsi que le respect de ceux qui sont commémorées au Mémorial de la Shoah.