Facebook annonce le lancement de Clear History

0
150

Le jeune et puissant PDG de Facebook l’avait annoncé il y a un an. La possibilité d’annuler l’historique de nos conversations est sur le point d’être lancée. Aujourd’hui, finalement, il semblerait que son lancement soit imminent. Le nouvel outil de confidentialité de Facebook s’appellera «  Clear History », peut être un clin d’œil à Clear history Google. Cette nouvelle fonctionnalité permettra aux utilisateurs de supprimer toute l’historique des conversations. Cependant, cette annonce soulève encore une fois la polémique portant sur la confidentialité des données sur Facebook. Voici pourquoi…

Il semblerait néanmoins que les données ne seront pas réellement effacées mais resteront en revanche simplement invisibles. Ce sera comme si nous les avions éliminés, mais ils resteront au contraire sur les systèmes du réseau social le plus connu et le plus répandu au monde.

Les ingénieurs de Facebook ont ​​déclaré que la décision de ne pas éliminer complètement les données de conversations désormais indésirables provenait d’un problème technique. En effet, ces données ne résident pas dans une seule base de données. Pour des raisons techniques et de sécurité, ils seront plutôt transférés dans de nombreuses mémoires, ce qui rend difficile de les éliminer.

Qu’est-ce que Clear History Facebook ?

Dans votre navigateur Web, que ce soit Chrome ou Safari, vous disposez d’un moyen simple pour effacer vos cookies et votre historique de navigation.

Inspiré par cette fonctionnalité, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg a déclaré, lors de la conférence annuelle des développeurs F8 en 2018, que Facebook travaillait sur sa propre version afin que vous puissiez contrôler et effacer votre historique de navigation.

Cela inclut ce sur quoi vous avez cliqué, les sites Web que vous avez visités. Vous pourrez utiliser l’outil pour voir les sites et les applications avec lesquels vous avez interagi. Vous pourrez effacer toutes ces informations de votre compte et vous pourrez même les désactiver, a expliqué Zuckerberg.

Comment Facebook collecte-t-il les données des utilisateurs?

Avant de vous expliquer comment Clear History est censé fonctionner, selon Facebook, vous devez d’abord comprendre comment Facebook collecte exactement vos données. La plateforme sociale collecte des informations de différentes manières :

  • Grâce aux informations que vous fournissez ou auxquelles vous accordez l’accès via un site Web et des applications.
  • Grâce aux informations que le réseau social collecte sur les sites Web que vous visitez lorsque vous n’êtes pas sur Facebook
  • Facebook  collecte également ces informations auprès de personnes qui ne sont pas sur le réseau social

Cette deuxième méthode est celle sur laquelle nous nous concentrons. Facebook, enregistre en effet, les sites et les applications que vous avez visités, ce que vous avez acheté et ce sur quoi vous avez cliqué lorsque vous naviguez sur le Web.

Cela se produit lorsque vous visitez un site doté d’un bouton J’aime, d’un bouton Partager, d’une annonce achetée sur Facebook, etc.

Un site Web peut également insérer des cookies dans votre navigateur, aidant ainsi Facebook à vous suivre. Ces cookies peuvent même détecter si vous êtes connecté à Facebook.

 Mais, pendant des années, lorsque vous avez téléchargé vos données à l’aide de l’outil de données de Facebook, aucune de ces données “hors Facebook” ne figurait dans la liste. Ainsi, les informations que Facebook collecte sur vous ne sont pas toujours claires.

Cependant, il semblerait que Facebook veuille changer cela grâce à Clear History.

Clear History au cœur d’une nouvelle polémique

Les experts se disent particulièrement sceptiques par rapport au lancement de cette fonctionnalité. Comment se fait-il qu’une entreprise qui puisse se permettre d’embaucher les meilleurs ingénieurs du monde et qui peut faire d’énormes investissements ne puisse pas éliminer de simples données?

Peut-être que ces mêmes données servent aux affaires de l’entreprise et que, par conséquent, les difficultés techniques prétextées constitue simplement une excuse.

La fonction sera d’abord testée dans certains pays, notamment l’Espagne et la Corée du Sud, tandis qu’il faudra quelques mois pour la voir devenir opérationnelle dans les autres pays du monde.