Comment faire des économies sur le chauffage électrique ?

0
555
Comment faire des économies sur le chauffage électrique ?

Le chauffage, dans les foyers Français, représente 70 % de la facture d’énergie. Ce pourcentage est de taille et peut être réduit facilement sans toutefois baisser de niveau de confort. Suivez ces dix astuces du comparateur d’offres énergie Hopenergie.com pour alléger les dépenses tout en faisant un geste pour l’environnement.

Garder la chaleur dans le logement

Voici comment faire la chasse aux gaspillages pour éviter que la chaleur ne s’échappe hâtivement.

Fermer les volets

En partant au travail le matin ou durant la nuit, ce petit geste peut être très efficace, surtout si vous avez un simple vitrage. Cependant par beau temps, les fenêtres qui sont orientées plein sud ne devront pas être occultées car elles vous feront profiter des calories du soleil. Cela fait partie du bioclimatisme.

Isoler votre installation de distribution et de production de chaleur

La chaudière, tout comme les tuyaux acheminant de l’eau chaude vers les radiateurs, peut être isolée. C’est indispensable quand les canalisations traversent des espaces non chauffées (cave, garage), ou bien quand les radiateurs sont assez éloignés de la source de production. Cette isolation ou calorifugeage peut même vous faire profiter de certaines aides tel que le crédit d’impôt développement durable.

Isoler la toiture

Votre facture de chauffage atteint d’importantes sommes, c’est peut-être que votre habitation est peu ou mal isolé. Le saviez-vous ? 30 % des déperditions s’effectuent par la toiture, 20 % par le renouvellement d’air et 25 % par les murs. Les vitres représentent seulement 13 % des déperditions de chaleur. Aussi important que soit cet investissement, il est rapidement rentabilisé compte tenu des économies d’énergie réalisées.

Ventiler sans que la chaleur ne s’échappe

Afin de garantir une bonne qualité d’air intérieur, l’aération d’un logement est essentielle. Si vous ouvrez toutes vos fenêtres, pensez bien à éteindre les radiateurs afin de ne pas chauffer inutilement. Excepté si vous êtes équipés de radiateurs électriques dernière génération avec la fonction de détection d’ouverture des fenêtres.

Désormais, il existe des solutions de ventilation qui sont capables de limiter les déperditions thermiques liées à un renouvellement de l’air. Les VMC hygroréglables possèdent des bouches qui s’ouvrent ou se ferment en fonction de l’humidité et de la température d’une pièce. Encore plus confortables, les VMC double flux permettent de contrôler à la fois l’air ambiant mais aussi l’air sortant. Elles peuvent ainsi récupérer, grâce à un échangeur de chaleur, jusqu’à 90 % des calories d’air sortant.

Optimiser son installation

Entretenir son système de chauffage

Bien entretenir son installation de chauffage est la garantie d’un rendement maximal ! Cela permet d’augmenter sa durée de vie et d’assurer la sécurité dans le logement. Sachez que les radiateurs à eau chaude doivent être purgés avant l’hiver une fois par an. Cela consiste simplement à chasser l’air dans les canalisations. Sur ce même principe, il est conseillé de dépoussiérer les appareils électriques. De plus un entretien annuel des chaudières reste obligatoire et doit être effectué par un professionnel.

Réguler son chauffage

Se réfugier sous un plaid ou mettre un pull, c’est simplement une question d’habitude. Mais juste 1 degré de moins, c’est quand même 7 % d’énergie économisée ! Dans le salon la température recommandée est de 19 °C et dans les chambres entre 16 et 17 °C.

Programmation et régulation garantissent un chauffage adapté aux besoins. Selon l’Ademe, l’agence de la Transition Écologique, leur utilisation peut permettre de réduire la facture de 10 à 25 % ! Bien réguler, c’est maintenir la température idéale dans chaque pièce, notamment grâce aux thermostats des radiateurs électriques et de la chaudière. Analysant les températures dans le logement, ils détectent tous les apports de chaleur gratuits (cuisson, apports solaires …) et adaptent en conséquence la consommation. Un conseil : choisir des robinets thermostatiques pour des radiateurs à eau permet de régler la température de chaque pièce en fonction de son usage.

Programmer son chauffage

La programmation du chauffage permet aux émetteurs de chaleur de détecter quand chauffer. Cela évite les consommations inutiles par exemple en abaissant les températures la nuit, lorsque vous êtes en vacances ou lors des journées de travail. On peut même créer pièce par pièce des scénarios, car chaque zone du logement ne se vit pas de façon identique (cuisine, chambre, salle de bains …).

Choisir des équipements plus performants

Confort thermique, réduction des pollutions et rendement … En 20 ans, les chaudières ont réalisé d’importants progrès techniques. En changeant vos anciens appareils vous pourrez économiser par rapport aux précédentes consommations :

  • 30 % pour des chaudières à condensation ;
  • 15 % pour des chaudières basses températures.

Le chauffage électrique a également considérablement évolué. Plus vos radiateurs vieillissent plus ils consomment… Vous pouvez faire jusqu’à 45 % d’économies en les remplaçant par des convecteurs chaleur douce.

Les énergies renouvelables

Le soleil, la terre, l’air ou l’eau ; ces sources d’énergie sont gratuites et inépuisables, elles peuvent servir à chauffer le logement. En plus de produire de l’eau chaude sanitaire, les nouveaux systèmes solaires combinés ou bien solutions hybrides couvrent, selon la taille de l’installation et la région, de 20 à 40 % des besoins de chauffage par an. Ils peuvent aussi servir l’été à chauffer l’eau de la piscine. Ne rejetant pas de GES (gaz à effet de serre), cette énergie est en plus très écologique. Une installation photovoltaïque permet de passer à l’autoconsommation d’électricité.

Il est possible également de récupérer les calories du sol, de l’air extérieur (aérothermie), ou d’une nappe d’eau (géothermie) grâce à une pompe à chaleur.

Ce type d’installation en outre bénéficie d’incitations financières. À l’instar de l’éco-prêt à taux zéro, du crédit d’impôt sur le matériel, d’un taux de TVA réduit, ou bien encore des aides de l’Anah.